Archives mensuelles : janvier 2012

Hiroko Koshino

EXPOSITION
Coup de coeur

Vous êtes connue et reconnue à travers le monde comme créatrice de mode, on dit même de vous que vous êtes la “Coco Chanel Japonaise”, mais ce que peu de gens savent encore, c’est que la peinture est votre première passion…
Hiroko Koshino : Dans la peinture j’éprouve du plaisir à exprimer mon imaginaire de façon immédiate et solitaire. Alors que dans la mode je le fais avec l’aide de plusieurs personnes. Une contrainte de temps intervient.

Le jour où vous avez décidé de devenir peintre ?

Hiroko Koshino : Dans mon enfance. Ma famille tenait une boutique de couture. J’ai donc grandi dans le milieu de la mode, mais j’ai toujours adoré peindre.

On retrouve bien entendu dans vos œuvres  des éléments qui ne sont pas sans rappeler votre culture, mais aussi des éléments inspirés de l’occident… Est-ce important pour vous de rapprocher ces deux mondes ?
Hiroko Koshino : Bien sûr. Dans la mode il faut faire énormément de dessins durant toute l’année. Il faut donc avoir les sens en éveil. Pour émouvoir et convaincre le plus grand nombre, il faut avoir un style original et unique, différent des autres designers ou des marques, qui sont si nombreux. On ne peut pas se contenter de faire comme les autres. Poursuivre son originalité signifie, pour moi, chercher à restituer dans ma création l’environnement japonais, les matières de mon pays natal, qui n’existent pas à l’étranger. Il est important d’exprimer ma personnalité forgée dans ce pays à travers mes créations.

Comment qualifieriez vous votre style ?
Hiroko Koshino : Je ne veux pas qu’il soit qualifié de “Japonesque”. Je parlerais plutôt de  » Japonesque contemporain ». Mon style de création est le résultat d’une fusion originale de ces deux univers.

Pour dessiner il vous faut …
Hiroko Koshino : Je travaille toujours en lien avec la nature. J’ai besoin de la nature et des quatre saisons du Japon, ou d’être dans un environnement qui les évoque.

Un grand maître qui vous fascine ?
Hiroko Koshino : Je n’ai pas vraiment de maître. Néanmoins, dans le passé et dans le milieu de la mode, j’étais fascinée par Chanel.

Aujourd’hui, la peinture semble reprendre le pas sur la mode, pourquoi ce choix ?
Hiroko Koshino : Je n’ai jamais considéré que ma peinture prenait le pas sur la mode. La mode est plus importante pour moi, puisque c’est l’œuvre de toute ma vie. Cependant, je suis persuadée que l’originalité de mes créations, de ce travail, prend naissance grâce à la présence de ma peinture. Actuellement, je n’ai pas de point de vente de ma collection de mode à Paris mais j’y présente mes peintures pour y ouvrir de nouvelles perspectives.

Exposition Hiroko Koshino
Jusqu’au 29 février 2012
Galerie Hors Champs
13 rue de Thorigny – Paris 3e

Le charme sauvage de l’île Maurice

DESTINATIONS
Coup de coeur

C’est dans l’une des parties les plus sauvages de l’île Maurice, le sud-ouest, que se trouve l’hôtel Lux* Le Morne, anciennement appelé les Pavillons, un 5 étoiles parfait pour une semaine de relaxation.

Son emplacement est idyllique, juste en face d’un lagon turquoise bordé au large par la barrière de corail, et au pied du Morne, cet immense rocher classé au patrimoine mondial de l’Unesco.
L’hôtel a une capacité d’accueil plus exclusive que ses grands voisins, et comme il est très étendu, il est facile de se croire seul au monde. La clientèle est discrète, composée principalement de honey-mooners, ou, ce qui est bon signe, d’habitués, certains couples revenant pour la quinzième année de suite! Les petits-déjeuners sont gargantuesques, avec un vrai festival de fruits exotiques, des jus frais, des omelettes ou des crêpes concoctées à votre demande sous vos yeux. Pour ceux qui pourraient craindre la lassitude en dînant tous les soirs dans le restaurant principal, pas de panique, Lux* le Morne possède deux autres restaurants tout simplement charmants, sur la mer: un asiatique, Nipa, et un italien, Aubergine. Un conseil : ne partez pas sans avoir dégusté les inoubliables cocktails du barman Christophe, jamais à court d’imagination !

Et si après quelques jours sur votre transat, l’envie vous prend de vous échapper, que les sports nautiques (plongée, kitesurf, surf, ski nautique) ne vous suffisent plus, il est vivement recommandé de ne pas passer à côté des merveilles de l’île, comme la terre aux sept couleurs de Chamarel. Vous pouvez aussi visiter sa rhumerie, on vous dévoilera, autour d’un ti-punch, tous les secrets de la fabrication du rhum agricole. L’occasion de se cultiver, et pourquoi pas, de rapporter quelques souvenirs pour de longues soirées d’hiver en France.

Réservations et Informations sur www.luxislandresorts.com