Laurent Guillo

Le Luxe à Discretion !
Mode | Laurent Guillo

Bercé par le rock-n roll et la soul music, Laurent Guillo est depuis sa plus tendre enfance un passionné de mode et donc de chaussures. Enfant, il se ballade des heures aux puces de Clignancourt avec son père, les yeux grands ouverts. Il s’imprègne de lignes, de matières et de tendances. Il y aura …ensuite le design automobile, puis d’autres expérience professionnelles puis enfin « La » rencontre avec le fameux Christian « un allumé de la patine », selon lui. Et c’est en 2006, que deux de ses clients aficionados de ses palettes de couleurs si personnelles, découvrant les ébauches de ce qui allait être sa 1ère collection, lui proposent de créer sa propre marque de souliers et de cuirs, destinés aux puristes.

Votre parcours est plutôt riche en expériences diverses, Qu’est ce qui vous a amené à la chaussure ?
J’ai commencé par être un jeune amateur et collectionneur, vendant d’ailleurs,moi même les plus fameuses marques anglaises, françaises et transalpines . Mais , rapidement je n’ai plus trouvé  » chaussures à mon pied « , préférant mes vieux modèles patinés au modèle uniforme proposés par ces chausseurs. J’ai donc commencés par dessiner mes propres modèles jusqu’à ce qu’un client, enthousiasmé par les patines que j’exécutais sur les souliers d’une autre marque, me proposa de créer ma propre ligne.

Pourquoi la chaussure comme mode d’expression ?
Il était plus aisé de faire rapidement la différence sur ce marché du souliers pour homme du fait de la grande différence de nos modèles, aussi bien dans leurs lignes et leur confort que dans leurs patines .

Que représente la chaussure pour vous ?
Une paire souliers est, avant tout un bel objet, au même titre qu’un meuble, une voiture ou encore une montre, il peut très bien faire parti d’une collection sans jamais être porté !

Quelle difference pour vous entre chaussure et soulier ?
A l’origine le soulier est forcément bas et monté sur  une semelle rigide, la chaussure représentant pour sa part toute forme de chaussant. On fabrique une chaussure, alors que l’on dit du soulier qu’il est monté ( tout comme une montre ou encore un meuble ) faisant ainsi ressortir le côté artisanale de la chose .

Pourquoi avoir choisi de faire du « sur mesure » ?
Nos souliers ne sont pas sur mesure mais leurs patines peuvent être personnalisées à la demande  les rendant ainsi unique en leurs genres. Quand à ma passion pour la Grande Mesure, seul le travail à la main de l’artisan, est capable de marier confort et esthétisme. Certain de mes clients pourtant aguerris  et respectés m’avoue avoir l’impression de changer de peau après avoir enfilés nos créations, je partage avec eux cette étrange sensation !

Quelle est votre definition du luxe ?
Mise à part le côté exclusif et onéreux   Le luxe est également associé au confort aussi bien dans sa vie, dans ces souliers, dans ces vêtements, que dans son auto ou encore son domicile. Concernant vêtement et souliers, celà est très souvent grâce à l’habileté et l’ingéniosité de l’artisan, donc du » fait main » que ce mariage existe !

Qu’est ce qui vous inspire dans vos créations ?
Les couleurs me donnent des idées de courbes et les courbes m’ incitent à tenter de nouvelles couleurs !

Vous êtes très connu pour vos très belles patines. Qu’ont elle de si particuliers ?
La patine n’est  à l’origine que l’altération progressive de la couleur du cuirs ou du bois , dans le temps. Après maintes et maintes recherche et de nombreux souliers, sacrifiés j’ai mis au point une technique permettant d’ accélérer ce phénomène ,nous permettant, ensuite d’y introduire nos cires teignantes aux couleurs  exclusives, mises au point pour L.GUILLO  par un formidable artisan ,les rendant de ce fait, introuvable dans le commerce.

Vous ne créez que pour les hommes, pourquoi ?
Il n’y a que pour les souliers ou je me limite à l’homme,en effet concernant la maroquinerie et les vêtements de peaux et de cuirs (exotiques pour la plupart ), je crée également de très belles pièces pour femme.

Vous venez d’ouvrir une boutique à Monaco, pourquoi là et pas à Paris ?
Paris représente d’avantage une immense vitrine permettant d’imposer des marques dans le but de les vendre dans des places internationales plus régulièrement fréquentées par cette riche clientèle. Monaco est l’une des plus luxueuses de ces places ,on peut y trouver les pièces les plus belles et les plus chères ainsi que les clients les plus nantis de la planète.

Recemment vous avez collaboré avec Ron Arad, pouvez vous nous parler de cette expérience ?
Je n’ai toujours pas rencontré  Ron ARAD, mais les propriétaires de la Galerie ARUM’S  Elsa Lemarignier et Nathalie Pasqua, commanditaires avec l’accord de l’artiste , des différents modèles sur lesquels je travaille, m’ont avoué que celui-ci adorait le mariage de ses créations et des patines que nous exécutons sur celles-ci. Que demandé de plus que les compliments du plus grands des designers de notre époque.

Vos projets ?
Pouvoir satisfaire nôtre formidable clientèle dans les plus beaux endroits de cette planète !