Raye de la carte

Raye de la carte | Prunier

Lentement, sans faire de vagues, la grande et prestigieuse maison de l’avenue Victor Hugo sombre lentement. Le navire prend l’eau de toute part et l’on ne voit pas qui ou quoi dans l’immédiat pourrait le sauver du naufrage dans lequel un manque flagrant de rigueur et d’exigence l’ont poussé. Le décor, toujours étonnant, n’arrive plus à sauver les meubles ¦ Accueil atone, service aphone, écailler désabusé à l’image de ses huîtres, maître d’hôtel surjouant le rôle qu’il croit devoir interpréter chez Prunier, on frise le ridicule à tous les étages. Si encore l’assiette €¦ mais non! Que fait Eric Coisel ? Que lui est-il arrivé ? Un chef qui nous enchantait à une époque pas si lointaine au Chiberta mais qui n’est plus avec nous aujourd’hui, qui rêve d’ailleurs, d’autres horizons, d’autres embruns, et qui ne sait plus quoi faire de son caviar. Il envoie sans peur mais avec reproche des plats mornes et sans âmes, des poissons tristes et sans goûts, et tout le monde fait semblant de s’extasier devant ce summum de ringardise qu’est l’oeuf « Christian Dior » (oeuf en gelée et caviar Tradition), vieillissant mal comme l’ensemble du restaurant. Dernier gag avec l’Assiette Gourmande (encore ce nom!) autour du saumon Balik, mou et fade. Inutile de parler des prix, cela ne se fait pas dans ce genre d’endroit, et de plus ils sont ridiculement outranciers pour la prestation de ces messieurs. Comme le veut la tradition, saluons le bateau avant qu’il ne s’enfonce dans les flots de la médiocrité parisienne. Corps et âmes, comme l’on disait à l’époque où Prunier était une référence.

16, avenue Victor Hugo 75116 Paris
Tél : 01 44 17 35 85
www.prunier.com